Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

> Nouvelle de l’université Populaire de Bordeaux (sep/oct/nov) 30-11-17 + d'infos
> Fier.e.s d’être SOLIDAIRE ! Festival des Solidarités 03-12-17 + d'infos
> Faire connaitre mes projets solidarite internationale Limoges Formation 15-12-17 + d'infos
> voir toutes les dates


> Traité sur les multinationales et droits humains + d'infos
> APPEL A TÉMOIGNAGES pour le Tribunal Permanent des Peuples + d'infos
> Pas un euro de plus pour les énergies du passé !!! + d'infos
> Appel à bénévoles de la MCM (64) + d'infos
> Témoignages : Retour sur une mission agricole à Madagascar + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Des milliers d’élèves centrafricains exigent la reprise des cours

Plusieurs milliers d’écoliers sont descendus mardi dans la rue, bloquant la circulation dans le centre de Bangui

Ces milliers d’écoliers sont descendus mardi dans la rue, bloquant la circulation dans le centre de Bangui, pour exiger du gouvernement "le droit à l’éducation" en raison de la grève des enseignants, a constaté l’AFP.

Les manifestants qui répondaient à l’appel de l’Union scolaire de Centrafrique (USCA), ont convergé vers le monument des Martyrs, érigé en mémoire des victimes des écoliers, élèves et étudiants tués par la garde de l’ex-empereur Jean-Bedel Bokassa en 1979, bloquant toutes les artères débouchant sur ce monument.La circulation a été perturbée.

Les enseignants sont entrés en grève de huit jours le 29 janvier et exigent le paiement des salaires des mois de novembre décembre 2013, janvier 2014 et janvier 2015.Ils avaient déjà fait une grève d’avertissement de trois jours la semaine dernière.Jeudi dernier à Bangui, la plupart des élèves n’avaient pu accéder à leurs classes.

Le pays est plongé dans une grave crise sécuritaire depuis plus de deux ans, une multitude d’écoles hors de la capitale centrafricaine n’ont pas repris les cours depuis le début des troubles.

Seules les écoles de la capitale et de régions du sud-ouest avaient réellement repris les cours en début d’année scolaire.Dans le reste du pays, l’insécurité est telle que les écoles n’ont pas rouvert alors que de nombreux professeurs ou instituteurs ont fui sans regagner leurs postes.

Article initiale
Portail de l’Humanitaire