Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



> OXFAM - Rapport de la FAO : lutte contre la faim dans le monde, la fin de la fin de l’embellie + d'infos
> Reportage sur la Manifestation contre la loi travail à Bordeaux + d'infos
> Nouvel ouvrage : Animation et économie sociale et solidaire + d'infos
> Ghana/Cote d’Ivoire : Chalkboard, l’application d’éducation en ligne qui se passe d’Internet + d'infos
> Lutte contre la faim dans le monde, la fin de la fin de l’embellie + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Nouveau directeur de l’Agence Francaise pour le Développement

Extrait de l’Express
Par Vincent Hugeux, publié le 20/05/2010 à 11:30

Dov Zérah, nouveau directeur de l’Agence française de développement

L’Elysée a choisi le poulain de l’un de ses conseillers de l’ombre, Robert Bourgi, pour gérer les engagements financiers de la France dans le monde.

Nicolas Sarkozy a tranché. Pour la direction générale de l’Agence française de développement (AFD), le président a choisi Dov Zérah, un énarque de 55 ans issu de l’administration du Trésor, qui fut entre autres le directeur de cabinet de Michel Roussin à la Coopération. Au sein même de l’Agence, appelée à orchestrer les engagements financiers de la France notamment en Afrique, le choix élyséen est perçu comme le énième camouflet infligé aux partisans d’une rénovation volontariste de la relation entre Paris et la sphère subsaharienne. D’autant que Zérah, par ailleurs conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine, a été vigoureusement soutenu par l’avocat Robert Bourgi, conseiller officieux de la présidence et marabout en chef des réseaux de la Françafrique. Certains cadres de l’AFD redoutent en outre que les fonctions éminentes qu’exerce au sein de la communauté juive le successeur de Jean-Michel Severino -il préside depuis janvier le Consistoire israélite de Paris/Ile-de-France- suscitent quelque réticence dans l’espace musulman.

Extrait du monde

- AFD : Dov Zérah, un homme de réseaux, affectif et sanguin

Changement radical à la tête de l’Agence française de développement. Adieu Jean-Michel Severino, tendance "Rose Jean Jaurès". Bonjour Dov Zérah, tendance "Bleu d’Auvergne". Les dents claquent déjà au siège de l’agence…

Dire que le personnel de l’Agence française de développement (AFD) a explosé de joie à l’annonce de la nomination de Dov Zérah à la tête de la grosse tirelire de l’aide financière française serait "blaguer fort", comme on dit à Douala. Ainsi que nous l’avions souligné à plusieurs reprises, Dov Zérah était le candidat "bleu", le plus politique, à la succession deJean-Michel Severino. Or la maison de verre, qui jouxte la gare de Lyon, a toujours été plutôt rose…

Ancien chef de bureau de la zone franc au Trésor, Dov Zérah est un vieux compagnon de route, au sein de l’UMP, de Nicolas puis de Jean Sarkozy à Neuilly-sur-Seine. Plusieurs directeurs actuels qui ont connu les coups de gueule de ce sanguin de 1993 à 1995 - Dov Zerah était alors DG délégué - cauchemardent depuis la "nouvelle"… Certains d’entre eux rêvaient plutôt à une installation en douceur de l’un des leurs, Jean-Michel Debrat, DGA qui a assuré l’intérim à la tête de l’agence depuis la fin du mandat de Severino en avril. Parmi les fans de Dov Zérah, on peut citer Steve Gentili (BRED), le conseiller élyséen Henri Guaino et, surtout, Patrick Stefanini, ancien conseiller de Brice Hortefeux au ministère de l’immigration, aujourd’hui préfet de la région Auvergne. Or, l’ancien ministre du logementPierre-André Périssol, maire de Moulins, nouveau président pressenti de l’AFD, est aussi un ami personnel de "Brice" qui l’a chaudement recommandé à "Nicolas". Le numéro deux de l’AFD pourrait être Jérôme Peyrat, l’actuel directeur de cabinet d’Alain Joyandet à la coopération. Si c’est pas la rupture ça ! Dans les milieux d’affaires, parmi d’autres, Abbas Jaber, qui a repris Dagris (aujourd’hui Geocoton, dont CMA CGM détient 49%), ne peut que se réjouir : Dov Zérah a dirigé ce groupe, avant sa privatisation, de 1999 à 2002.