Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



> OXFAM - Rapport de la FAO : lutte contre la faim dans le monde, la fin de la fin de l’embellie + d'infos
> Reportage sur la Manifestation contre la loi travail à Bordeaux + d'infos
> Nouvel ouvrage : Animation et économie sociale et solidaire + d'infos
> Ghana/Cote d’Ivoire : Chalkboard, l’application d’éducation en ligne qui se passe d’Internet + d'infos
> Lutte contre la faim dans le monde, la fin de la fin de l’embellie + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Séminaire du LAM : Étudiants africains en mouvements. Contribution à une histoire des années 1968

02-02-17

Jeudi 2 février : amphithéâtre de la Maison des Suds : 14h30-16h30

Françoise Blum est ingénieure de recherche au CNRS et membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Elle présentera l’ouvrage collectif qu’elle a dirigé avec Pierre Guidi et Ophélie Rillon :

Étudiants africains en mouvements. Contribution à une histoire des années 1968

Publié en 2016 par les Publications de la Sorbonne, le livre s’inscrit au croisement des recherches impulsées par des historiens et historiennes des Afriques, d’une part, des mouvements sociaux principalement en France, d’autre part. Comme le titre l’indique, il s’agit d’une approche connectée, dans laquelle cette séquence des luttes étudiantes et scolaires est insérée dans la perspective globale des années 1968. Malgré la diversité nationale des enjeux de pouvoir et de chronologie, il s’agit de montrer comment ces luttes mobilisent une génération de la dissidence, passé l’enchantement des indépendances politiques. Dans les anciennes colonies de l’Empire français, la volonté d’une réappropriation africaine des systèmes éducatifs se lit à la fois comme une fabrique de la nation et comme une révolte de la jeunesse. Celle-ci n’accepte ni la prépondérance française sur les personnels, les programmes, voire la langue d’enseignement, ni l’exercice toujours autoritaire du pouvoir par la génération des aînés, moins qualifiés. La dimension internationaliste de ces luttes est attestée aussi bien par les imaginaires politiques mobilisés – socialisme marxiste, panafricanisme – que par les circulations transnationales des savoirs et les mobilités.

Discutante : Ophélie Rillon, chargée de recherche au CNRS (LAM).

Entrée libre, participation obligatoire pour les masters MIDAF

Intro-Etudiants_afrik-BAT.pdf